SCRIPT PHP STATS

Alimentation : comment pratiquer chez l’âne

L’âne valorise des pâturages en ajustant le niveau de sa consommation volontaire.

Comportement alimentaire de l’âne

Au pâturage, l’âne est un consommateur lent qui réalise une mastication très complète. Par contre, face à des aliments concentrés, il peut se comporter comme un glouton.

Quel type d’alimentation choisir pour un âne

Sauf adjonction ou incorporation de liquide, la forme concentrée est à proscrire compte tenu notamment des problèmes respiratoires engendrés par les fines.

Une ration présentée en granulés occupe un faible volume et peut être ingérées trop rapidement :

  • obstruction oesophagienne
  • coliques d’estomac
  • épines sur les molaires

Extrudé ou floconné, l’aliment augmente en volume et de ce fait occupe l’âne plus longtemps (en termes de digestion).

Ce dernier point oblige à une mise à disposition continuelle d’eau de boisson et à proscrire la distribution après repas (gonflement).

Pratiquer la régulation des rations de l’âne

Face à la gloutonnerie, il faut réagir de façon à obliger l’âne à diminuer les quantités ingérées.

  • fractionner les repas
  • obliger à des petites bouchées (galets ou chaînes dans l’auge).
L’alimentation de l’âne par fourrage grossier : santé

Même si un aliment complet, correctement formulé est suffisant pour satisfaire au besoin de votre animal, il est important de préserver l’ingestion d’à peut prés 6 Kg de foin ou paille de bonne qualité par jour.

Ces fourrages grossiers (être vigilant à l’absence de moisissures et à l’excès d’azote dans ces fourrages) serviront de fibres à mâcher et préserveront l’équilibre psychologique et neurovégétatif de l’âne.

Troubles du comportement de l’âne lors de l’alimentation

Les troubles sont d’origines diverses :

Psychologiques

Mélancolie, absence de dynamisme, tics comportementaux

Alimentaire

Anorexie (inquiétude, stress, fatigue excessive). Dans ce cas il faut augmenter l’appétence des aliments distribués.

Boulimie (ennui, désœuvrement). Il faut les occuper ou changer de type de litière.

Dépravation du goût (ou pica). Cette attitude d’ingestion irréfléchie de ; Terre, écorce, crottins, bois, urine etc… trouve souvent son origine dans des carences en macro éléments (sodium) et oligo-éléments.

En bref, 2 grandes causes :

  • Erreurs alimentaires :
    • Manque de fourrage (pas assez d’occupation et une trop grande vitesse de transit).
    • Excès de céréales (pas assez de fourrage donc acidification du cæcum).
    • Carence en phosphore et Na cl.
  • Ennui et au-delà confort du logement, qualité de l’air (absence ou excès de ventilation) excès d’ammoniac (litière souillée, saturée), parasitisme.

Vous aimerez aussi...